Conseils à destination des parents et 

accompagnateurs d'enfants


1. Il est important d’utiliser des termes précis pour développer le lexique chez les plus grands : 

  • termes visuels : sombre, lumineux, nuageux, clair, vif, brillant…
  • termes auditifs : bruyant, calme, silencieux, chanter, bourdonner, le bruit, claquer, tambouriner…
  • termes kinesthésiques (toucher) : sentir, chaud, froid, pression, rugueux, lisse, doux…



2. Le langage se développe grâce aux interactions sociales dès la naissance et que l’enfant initie, ainsi qu’à l'intérêt que lui suscite son environnement. Il est donc très important de jouer au maximum avec son enfant et d'interagir avec lui



3. Comment faire pour aider l’enfant à mieux parler lorsqu’il se trompe ? 

Il faut lui redonner le message corrigé dans votre réponse : Par exemple : si l’enfant dit : Pas zenti le sa de papi”,

Vous pourriez lui répondre : “Oui tu as raison le chat de papi n’est pas gentil, il griffe”. 

L’enfant a toujours besoin de votre modèle et l’échange doit être privilégié.


  4. Les prérequis à la communication sont les suivants : 

- Le pointage 

- L’attention conjointe 

- Le regard 

- Les tours de rôles 

- L’imitation 

- Les jeux symboliques 

- Les mimiques 

- Les productions verbales 


5. Pour l’apprentissage du mouchage : à partir de 3 ans, proposez à l’enfant de mettre la main devant sa bouche. Posez une plume au creux de son autre main et faites lui porter cette main sous son nez. Le jeu consiste à faire envoler la plume juste avec les expirations nasales (prévoir un petit mouchoir à côté). 


6. Travailler autour des sens est très conseillé dans les troubles de l'oralité. C'est indispensable de passer par le toucher ou l'odorat pour accéder à la bouche. 

Conseils à destination des aidants et professionnels de

 santé en contact avec des adultes 



1. L’utilisation du sensoriel avec des objets médiateurs est considéré par René Kaës comme « un embrayage des processus associatifs ». Ils permettent de répondre à différentes plaintes de nos aînés dans la socialisation et la communication. 

 

2. Chacun des cinq sens, que sont la vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher et le goût permet à l’individu d’interagir avec son environnement. Mais, avec l’âge, le cristallin de l’œil durcit et jaunit, entraînant une vision médiocre. De même, le nombre de papilles gustatives diminue et les aliments se différencient mal. La disparition d’une partie des cellules qui transforment les vibrations sonores en impulsions nerveuses entraîne des difficultés à reconnaître des sons. L’odorat est aussi touché par le vieillissement. La peau des personnes âgées est moins sensible à la chaleur, au froid et aux blessures.La diminution du potentiel sensoriel ne facilite pas l’interaction de la personne âgée avec son environnement. Le sujet vieillissant se replie alors sur lui-même.


La citation du mois

La créativité c'est l'intelligence qui s'amuse !
A. Einstein